Le journal de mon père, la critique

Publié le par le-blog-d-une-ptitelfe.over-blog.com

 

 

On m'a parlé récemment de l'auteur Jiro Taniguchi.

Qui est ce exactement? C'est un auteur de bande dessinée et manga d'origine japonaise, qui a grandit à Totorri (lieu qui est abordé dans ce livre).

 

En 1994, il ecrit "Le journal de mon père". Il sera édité en France par Casterman Ecritures.

Le livre fait 274 pages, et il est en noir et blanc. La page 1 est simple : on peut voir le héros du livre : Yoishi, debout devant son père assis sur une chaise.

 

Maintenant, découvrons la page 4 :

Synopsis :

"Moi qui n'était pas revenu dans ma ville natale depuis plus de 10 ans, je decouvrais peu à peu des facettes de mon père qui m'étaient inconnues. Je prenais conscience du fossé que j'avais creusé pour échapper à tout dialogue avec lui".

 journaldemonpere.jpg

Les premières planches nous montrent un salon de coiffure, avec un petit garcon jouant aux voitures tandis que son père s'occupe d'un client. "Quand je pense à ma ville natale, la même scène me revient invariablement à l'esprit : Je me vois enfant, un après midi de printemps, en train de jouer assis sur le plancher du salon de coiffure de mon père" ..."Je ne sais pas pourquoi, c'est dans mon souvenir le moment le plus paisible de mon enfance".

 

Tout de suite après, nous découvrons cet enfant à l'âge adulte, recevant une triste nouvelle au téléphone  . Son père, vivant à Totorri, est décédé et l'enterrement se fera très vite. Il faut que Yoishi vienne à la veillée funéraire. Pour lui, la décision va être difficile, mais sa femme le soutient et le pousse à partir de Tokio et rejoindre sa famille. C'est ainsi que le personnage central retrouve les siens, autour du cercueil de son père, pour une veillée funéraire, pendant laquelle il va découvrir que le père qu'il croyait acharné au travail et sans intérêt pour ses enfants était une grande personne, emplie de sagesse et de générosité.

 

L"histoire tourne autour d'un enfant devenu adulte, et nous montre les différentes façons d'interpreter les évènements à des âges différents. La notion de famille s'est détruite dans le coeur de Yoishi le jour où sa mère a quitté le domicile conjugal. Pour lui, encore enfant, toute la faute reposait sur son père qui travaillait trop. Pour sa soeur, plus agée que lui et plus observatrice, elle savait qu'un autre homme était entré dans la vie de leur mère.

 

L'auteur nous dévoile les moments clés de la jeunesse de Yoshi, puis avec les différents récits des membres de la famille, il découvre une toute autre personne que celle qu'il s'était imaginé être son père.

La relation enfants parents est très prononcé, et je trouve que chacun peut se revoir, soit dans l'adolescence quand on est en conflit parental, soit du coté des parents où il faut accepter des choses difficiles pour le bien de ses enfants, de sa chair.

 

Niveau dessin, j'avoue avoir eu du mal par moment car la ressemblance entre Yoishi adulte et son père est frappante, et n'étant pas du tout habituée aux dessins japonais, je me suis quelquefois mélangée les pinceaux.

 

L'histoire se lit très rapidement.

Publié dans BD - Mangas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article